Sélectionner une page

Pourquoi créer un site internet pour son entreprise ?

13 février 2017 |

Il faut dire que parler d’argent n’est pas facile dans un milieu où il n’y a pas réellement de normes. D’autant plus que l’ego des prestataires entre souvent en jeu et les

Il faut dire que parler d’argent n’est pas facile dans un milieu où il n’y a pas réellement de normes. D’autant plus que l’ego des prestataires entre souvent en jeu et les

 

Beaucoup d’encre a déjà coulé sur le web au sujet des tarifs pratiqués par les prestataires WordPress. Et on entend de tout

« Installer WordPress ? Mais ça prend 5 minutes ! Même 25 euros c’est trop cher. »

« Un site avec un thème premium vendu 30 000 € ? Mais c’est une arnaque ! »

Il faut dire que parler d’argent n’est pas facile dans un milieu où il n’y a pas réellement de normes. D’autant plus que l’ego des prestataires entre souvent en jeu et les frustrations de chacun remontent à la surface.

Mais j’ai tenu à relever le défi : parler de prix (attention, un gros mot !) et donner mon avis, quitte à en froisser certains au passage.

Cet article est le compte-rendu de la conférence qui s’est tenue lors du WordCamp Paris 2016. Avec un peu de recul, je me dis que le format « court » (20 minutes) n’a pas fait honneur au sujet tel que je voulais le présenter. Enlevez les contraintes de temps, le stress et les maladresses de langage et vous obtenez le matériau suivant

Pourquoi ce sujet ?

Beaucoup d’encre a déjà coulé sur le web au sujet des tarifs pratiqués par les prestataires WordPress. Et on entend de tout

« Installer WordPress ? Mais ça prend 5 minutes ! Même 25 euros c’est trop cher. »

« Un site avec un thème premium vendu 30 000 € ? Mais c’est une arnaque ! »

Il faut dire que parler d’argent n’est pas facile dans un milieu où il n’y a pas réellement de normes. D’autant plus que l’ego des prestataires entre souvent en jeu et les frustrations de chacun remontent à la surface.

Mais j’ai tenu à relever le défi : parler de prix (attention, un gros mot !) et donner mon avis, quitte à en froisser certains au passage.

Cet article est le compte-rendu de la conférence qui s’est tenue lors du WordCamp Paris 2016. Avec un peu de recul, je me dis que le format « court » (20 minutes) n’a pas fait honneur au sujet tel que je voulais le présenter. Enlevez les contraintes de temps, le stress et les maladresses de langage et vous obtenez le matériau suivant